• LCAL

Cornillon et son histoire

Chers amis,


Depuis peu, le Cœur à l’Écoute a été invité, grâce à son aumônier, à s'enraciner aux abords de la ville de Liège, dans un lieu à la fois historique et spirituel, le Sanctuaire du Mont Cornillon. En cette période de Covid, les activités de notre association n'ont pas encore repris leur cours à pleine allure comme auparavant. Nous espérons toutefois rapidement pouvoir tous vous retrouver pour diverses activités ludiques, sportives, spirituelles ou intellectuelles.



Histoire du site de Cornillon


Composé dès sa fondation de modestes cabanes abritant des lépreux, dès le XIIème siècle, l'hospice de Cornillon s'enrichit grâce à l'argent de généreux donateurs tel que Gilles de Clermont. L'hospice fut déclaré officiellement hospice en 1176.


Soignés et réconfortés, les pensionnaires qui vivaient reclus disposaient de leur propre cimetière et de leur église. Placé sous la protection du pape Urbain III, l'hospice était connu sous le nom des "quatre couvents de Cornillon", car composé de quatre bâtiments : un pour les hommes lépreux, un pour les frères qui les soignaient, un pour les femmes lépreuses et un pour les sœurs attachées à leur service. Les religieux vivaient sous la règle de Saint Augustin. L'hospice était réservé uniquement aux malades d'une partie de la ville. Les autres malades de la lèpre devaient se rendre à l'hospice de Sainte Walburge.


Situé à la porte orientale de la grande cité de Liège, Cornillon accueillit les lépreux entre 1197 et 1246. Mais à la fin du XIIIème siècle, le nombre de lépreux diminuant, l'hospice commença à accueillir d'autres malades ou non-malades. Du XIIème siècle jusqu'à la révolution française, il s'agissait de l'un des plus importants hôpitaux liégeois, sous la tutelle à la fois de la ville et du prince-évêque. Après la révolution française, l'établissement fut fermé et les biens distribués à d'autres hospices civils.


En 1860, environ 70 ans après la révolution française, le lieu se voit confié à une communauté de sœurs carmélites. L’ancienne léproserie devient un sanctuaire avec le monastère, la chapelle médiévale, l’atelier d’hosties, le petit béguinage, ainsi qu'une auberge pour les pèlerins.


Suite au grand âge des religieuses, le monastère est à nouveau confié en 2017, à une communauté de sœurs clarisses de Hannut-Bujumbura, filles de sainte Claire d’Assise. Celles-ci animent aujourd'hui avec beaucoup de joie et de dévouement, la vie spirituelle de Cornillon et continuent de fabriquer les célèbres hosties de Cornillon.

Aujourd'hui, le site est en cours de re-développement, avec un béguinage contemporain, la petite auberge St François, une salle polyvalente pour les groupes et, bien entendu la chapelle. De nombreuses activités se déroulent au sanctuaire. Une petite hôtellerie de 4 chambres accueille les pèlerins, randonneurs du chemin de saint Jacques de Compostelle ou de la Via Mosana, les amis de passage ou les retraitants. Une attention particulière est accordée aux personnes pauvres du quartier et de la ville pour qu’elles puissent s'y recueillir et se sentir accueillies.



Et qui est Sainte Julienne ?


Sainte Julienne naît le 13 novembre 1193 à Retinne. Petite sœur parmi les autres, elle vécut à Cornillon avec ses sœurs augustiniennes de 1198 à 1246.


Confiée au couvent à l'âge de 5 ans, suite au décès de ses parents, elle y grandit et y vivra toute une période de sa vie. En 1222, elle est élue prieure du couvent de Cornillon. Persécutée pour avoir suggéré d'instaurer une fête en l'honneur du Saint Sacrement dans le diocèse de Liège, car cela déplaisait à une certaine partie de la population de la ville de faire un jour d'efforts en plus, Julienne, doit s'enfuir avec ses sœurs. Elle trouve refuge dans plusieurs abbayes cisterciennes, dont le Val Benoit et Huy et sera finalement accueillie à l'abbaye de Salzinnes, près de Namur, qui, se trouvant hors de la principauté de Liège, devient leur refuge permanent. Elle y décèdera le 5 avril 1258.


C'est en grande partie grâce à elle et à sa vie mystique qu'est née la Fête-Dieu et que celle-ci s'est répandue à travers le monde. La première Fête-Dieu a été instaurée dans le diocèse de Liège en 1246 et est célébrée aujourd'hui, chaque année dans le monde entier. Rappelons également que Sainte Julienne et Sainte Claire d'Assise sont de la même époque. Toutes deux très dévouées à la présence eucharistique.


Depuis plus de 8 siècles, le sanctuaire du Mont Cornillon est devenu un lieu focal et spirituel à l'orée de la ville, au pied de l'ancienne maison des Chartreux.



Remerciements


Nous remercions le Vicaire Général du diocèse de Liège, l'abbé Eric de Beukelaer, ainsi que les responsables de l'asbl de Cornillon de nous accueillir au cœur du sanctuaire.





7 vues0 commentaire
Nos subsides et sponsors

© 2019 par Corinne-Maria E.D. (CMED)